Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retapez-vous en vacances

La semaine dernière, j’ai rencontré un couple. Mariés régulièrement il y a 17 ans, ils expliquaient à toute la tablée comment faire durer un mariage. Ils étaient si moches et mal foutus que j’en suis venu à me dire que si j’étais en couple avec l’un ou l’autre, je nous ferais refaire. Histoire de durer, justement.

Car plus je les regarde ces deux-là, plus il est évident que pour se supporter l’un l’autre, il faut que lui comme elle se fasse ravaler le museau et le reste. Ce que j’écris là est méchant mais la méchanceté et la laideur font partie de ce monde. Et, c’est ma thèse du jour, la chirurgie plastique peut offrir à un couple un projet de vie alternatif aux ravage du temps et de l’ennui.

Certains couples retapent leur maison, pourquoi d’autres ne referaient-il pas leur tronche ? Les grands travaux à deux, le plan Marshall en famille, bref, le redressement productif conjugal. Trop souvent chacun s’implante des cheveux, se lifte ou se liposuce dans son coin. Pourquoi ne pas faire ça ensemble ; pour un vrai changement ?

Au lieu de 15 jours en thalasso pour perdre 8 livres début juillet, partir rénover son couple dans une clinique d’esthétique au Maroc où, pour moins cher qu’en zone euro, on est sûr de la météo et du coup de bistouri ? Disparaître en couple le temps de gagner 5 ans en 15 jours, n’est-ce pas la plus chouette des échappées belles ? Je t’offre tes seins, tu me paies mes implants, le plus beau des gages d’amour…

Découvrir ensemble, elle, son nouveau nez, lui, ses testicules retendues, n’est-ce pas l’aventure moderne pas excellence ? A deux, la chirurgie esthétique devient une vraie opération de team building, un vrai chantier de jeunesse.

Et surtout, pourquoi aller chercher dans le pré d’à côté la jeunesse qu’un bon chirurgien peut vous rendre pour quelques milliers d’euros vous évitant un divorce qui vous coûtera la peau des fesses ? Non seulement se retaper à deux est une bonne stratégie anti-crise, mais c’est aussi un moyen d’ouvrir une page blanche du journal intime conjugale. C’est enfin l’occasion d’être beaux ensembles plutôt que finir laids séparément.

Chronique parue dans Marie-Claire août 2013.