Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je vais vous confier un secret hyper bien gardé. Demain on vote dans les Très Petites Entreprises pour donner une représentativité aux syndicats auprès des salariés qui n’ont pas de représentation. C’est un enjeu pour les syndicats et c’est un enjeu pour les salariés. Je vais vous confier trois secrets de plus.

1/ Le corps électoral comprend 4,6 millions de votants.

2/ Ce corps électoral va voter par correspondance ou par internet.

3/ Ce vote par internet est organisé et financé par le ministère du travail.

Mais surtout ne répétez pas aux internautes qu’on peut voter en France par Internet. Ne le dites surtout pas aux militants UMP que leurs responsables continuent à prendre pour des couillons. Ils risqueraient de se poser des questions.

Première question, pourquoi la rénovation de la vie politique voulue par Jospin n’a pas intégré le vote en ligne dans le rapport du même nom. Une autre question, pourquoi Fillon et Copé ont visiblement préféré laisser leurs militants faire la queue pendant des heures pour leur offrir une élection aussi douteuse qu'elle a du être politiquement couteuse ?

En fait on s'en méfie quand il s'agit d'une élection politique mais pas quand il sert à faire voter dans le cadre d'élections professionnelles comme celles de demain.

Le vote en ligne est suspect car on ne peut pas recompter les voix, le vote en ligne est suspect car il supprime la présence physique dans le bureau de vote, le vote en ligne n’est pas transparent. Voilà quelques reproches adressés traditionnellement au vote en ligne depuis 15 ans.

Il s'en passe en 15 ans des choses. Le vote en ligne se professionnalise, il est utilisé de plus en plus par des dizaines d'organisations qui n'ont ni réputation, ni temps, ni argent à perdre dans des élections ratées.

Mais chuuuut, ces arguments ne passent pas dans le monde politique.

Il y aurait même un lobbying caché des sociétés commerciales qui veulent développer le vote online. On ne sait jamais, des fois qu'elles aient un parti pris... Copé, Fillon, qui sait ?...

Mais continuons à faire semblant.

On va faire semblant que pour voter il faut des assesseurs, qu'il faut des bulletins en papier et un bureau de vote. On va continuer à réserver en toute discrétion le vote à distance à des élections de second rang mais pourtant légales, pourtant importantes, pourtant d'intérêt général et on va faire mine de croire que lorsqu’il faut élire le président d’un parti, il faut se déplacer.

Oui continuons à faire semblant à moins que...