Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Putain de merde mais comment s'appelle-t-il ?

Au temps du networking roi, un trou de mémoire au moment de présenter deux contacts pro peut ruiner votre réputation de femme ou d'homme d’entregent et vous faire passer qui plus est pour un malotru. Voilà ce qui m’est arrivé il y a un mois et qui restera gravé à jamais dans ma mémoire. Ca m'apprendra à oublier le nom des gens.

Il y a quinze jours je déjeunais en terrasse avec une collègue quand un garçon dont je ne reconnus que le visage s’approcha pour me saluer.

Je me lève alors comme un robot pour lui tendre la main réalisant avec terreur que j’ai oublié non seulement son nom et son prénom mais également sa situation professionnelle. Bêtement, je surjoue la joie de le revoir produisant avec la bouche un tonitruant « Ca alors, mais kesketudviens" suivi d'une virgule suivie de rien puisque je suis incapable de nommer mon interlocuteur.

Et le mystérieux inconnu de répondre :

« Ben, toujours pareil ».

Cette réponse en forme de colle m’enfonce plus encore dans les sables mouvants du ridicule, je touche alors son bras pour faire genre « Trop cool de te retrouver mec ».

Je donnerai père et mère pour qu’il s’en aille mais non, il se met à regarder en souriant la jeune femme avec qui je déjeune.

C’est alors l’engrenage fatal.

Je lui présente Stéphanie qui me lance immédiatement un coup d’œil interrogateur tout en lui tendant la main car à cet instant précis elle attend que je lui dise en retour qui est l’inconnu. Après une seconde et demi où je suis pris de tortillements convulsifs à base de gêne et de ridicule, Jean-Edouard sort lui-même de l’anonymat ou je l’ai laissé il y a 3 ans et comme dans un jeu télévisé, la solution m’apparaît.

Putain de merde mais comment s'appelle-t-il ?

Mais trop tard.

Evidemment.

Je l’ai rencontré au mariage de ma belle-sœur.

Non satisfait d’avoir manqué de mémoire et donc d’intérêt pour sa personne à l’époque (nous étions assis à la même table et faisions, je m’en souviens, tourner des serviettes), j’ajoute bêtement…

« Mais oui bien sûr Jean-Ed' », pensant que l'usage d'un diminutif que je viens de lui inventer lui fera croire que je m'en souvenais.

"Non, Dédé !".

Evidemment.

Sans manifester le moindre dépit (c'est l'immense mérite des gens dont on oublie le nom, en plus de vous faire passer pour un sale connard, ils sont formidablement sympas et indulgents), il reste courtois, tourne les talons et s’en va. Dans son dos, je crois lire en lettres fluorescentes « Tu me déçois énormément David… ».

Une telle erreur peut blesser, vous coûter un client, être répétée et défaire votre réputation d’entremetteur surdoué. Traumatisé, j’ai étudié depuis la question et vous livre 7 solutions de la moins satisfaisante à la plus efficace.

La suite est dans le GQ qui vient de sortir.