Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les bénéfices de l'arrêt du tabac : ma version

Tabac Info Service a listé les bénéfices du tabac dans l'ordre chronologique. C'est bien fait mais il manque les effets psychologiques. Ca c'est une autre paire de manches. Car celui ou celle qui arrête de fumer découvre un autre lui-même, un personnage difficile à supporter, dont il maîtrise à peine les premiers comportements suite à l'arrêt de la cigarette. J'ai arrêté plusieurs fois, je peux en témoigner. En caractères droits, la version de Tabac Info Services (que je ne conteste pas), en italique mon vécu à moi de l'arrêt du tabac avec ses plaies et ses bénéfices secondaires.

20 minutes après la dernière cigarette

La pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales.

On se surprend à chercher son paquet. En fait on a juste oublié qu’on l’avait jeté car on vient d’arrêter. On est bête.

8 heures après la dernière cigarette

La quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié.
L’oxygénation des cellules redevient normale.

Je me sens hyper bien et je raconte à tout le monde que je viens d’arrêter de fumer. Je suis le roi du monde, Légion d’Honneur, compliments, encouragement. Je deviens pénible à force de m’en vanter.

24 heures après la dernière cigarette
Le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà.
Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine.

Je commence à m’ennuyer ferme quand le simple fait d’annoncer l’arrêt du tabac m’occupait. Alors je calcule les économies conséquentes. 6 euros X 300 jours + le petit café qui va avec etc. Cool je suis riche…

48 heures après la dernière cigarette
Le goût et l’odorat s’améliorent.
Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser.
Curieux comme je me mets à attendre, voire à espérer les repas comme un retraité à cheval sur les horaires. J'ai désormais partout avec moi un paquet de Mi-Cho-Ko.

72 heures après la dernière cigarette

Respirer devient plus facile.
Les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique.

Achat d’une cigarette électronique. Déception, ça a le goût de tout sauf du tabac. Et je ressemble à un fumeur de pipe. J’oublie la cigarette dans un tiroir du bureau. En rentrant à la maison, les enfants sont insupportables, je m'énerve un peu plus que d'habitude. Elle me reprend, je lui réponds "Casse pas les c...". Ca ne me ressemble pas dit le Jospin qui sommeille en moi... Je viens de terminer un papier, je me remercierais bien moi-même avec une clope. Mais non. Ce sera un Coca Zéro.

2 semaines à 3 mois après la dernière cigarette
La toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle. On marche plus facilement.

Un type avec une sale gueule me demande une cigarette dans la rue. Fièrement, je réponds « Je ne fume pas, désolé ».

Une fille hyper belle me demande du feu. « Euh, non, j’en ai pas sur moi, mais il y a un tabac, juste là, à droit, en continuant sur une dizaine de mètres, ça s’appelle le Balto, ils ont des très beau Zippo, etc ».

1 à 9 mois après la dernière cigarette
Les cils bronchiques repoussent. On est de moins en moins essoufflé.

J’ai rêvé que je fumais, je tirais une énorme latte sur une Marlboro Light géante. Réveil paniqué, culpabilité, la Gestapo sonne à ma porte, j’ouvre, soulagement, j’ai juste fait pipi au lit.

1 an après la dernière cigarette
Le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié.
Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur.

Suis à un cocktail, je n’arrête pas de jacasser avec les gens qui sont dedans. Avant je fumais, maintenant je parle, je parle, je parle. Je quitte le cocktail, dehors, à la porte, 5 fumeurs seuls dans leurs pensées scrutent le ciel en interrogeant du regard la galaxie. Ils ont l’air d’écrivains maudits.

5 ans après la dernière cigarette
Le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.

Je rentre d’une soirée à 4 heures du matin. Mais pourquoi je pue comme ça ? C’est quoi cette odeur ? Mince, j’ai failli ne pas reconnaître l’odeur du tabac.

10 à 15 ans après la dernière cigarette
L’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

J’ai eu un cancer, mais pas celui-là et avant d'arrêter. Et quand j’y pense, je me dis que je m’en fumerais bien une petite. Mais bon. Je réalise que ça fait 10 ans que j’ai arrêté. Quand on me demande si je suis fumeur, je dis non. En réalité, je le suis. J’ai beau ne pas avoir fumé depuis des années, je reste un fumeur. Comme les gens qui ont fait du porno, les anciens taullards ou les membres d’un réseau de résistance.