Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que ce soit clair, j’ai horreur de la variété mais j’adore les relations humaines. C’est la raison pour laquelle j’ai bien observé le jury de la Nouvelle Star tout en pensant à mon entretien d’évaluation qui ne saurait tarder... Le jury de la Nouvelle Star offre aux chanteurs en herbe mais également aux salariés évalués de tout poil un outil pédagogique original pour cerner 4 profils  d’évaluateurs.

Commençons par Sinclair. Sinclair est l'évaluateur-technicien. C’est quelque part un auditeur. Il y a ce qui doit être fait, ce qui a été fait et ce qui ne l’a pas été. Voilà pourquoi Sinclair a la réputation d’être sévère. Avec ce type de profil, l’évalué n’a pas à faire de fioritures, de charme. Juste le boulot. Ses résultats seront passés au crible, il y aura une colonne plus, une colonne moins ; inutile d’entrer dans des histoires d’affect avec l’évaluateur technicien. Non seulement il n'est pas doué pour les compliments, mais en plus il a horreur de l’affect au travail. Vous le rencontrerez le plus souvent dans le secteur financier, comptable, juridique et l'industrie de haute précision.

L’évaluateur parental. L’évaluateur parental c’est Maurane. Maurane pas parce qu’elle est femme mais parce qu’elle est bienveillante, familière et protectrice. Elle fera le bonheur des évalués qui voient dans leur patron un papa ou une maman. Elle intervient sur un registre parent-enfant. L’évalué est évidemment l’enfant. Avec l’évaluateur parental, il faut rester dans une position d’oisillon qui a besoin d’être nourri, soumis à une tutelle, en perpétuelle formation. Mentorat, tutorat sont les maîtres mots de ce profil. On le retrouvera toujours volontaire pour coacher un contrat de génération, par exemple. Rester dans ce schéma relationnel est évidemment assez peu recommandé pour les individus ayant besoin d’autonomie mais s'y complaire à ses avantages. La relation est un poil régressive mais elle est durable et solide, sécurisante, surtout en période de crise. Évidemment, avec l’évaluateur parental on ne sort jamais d’une relation inégalitaire, dépendante voire infantilisante.On trouve l'évaluateur parental dans tous les secteurs mais il s'épanouit évidemment dans l'artisanat, la restauration, l'entreprise familiale et les PME. Son opposé symétrique est le petit chef.

Olivier Bas, c’est l’évaluateur-caméléon. L’évaluateur-caméléon est un casse-tête. Il s’adapte à votre personnalité, il se cache derrière 1000 profils pour s’adapter à vous. Transparent quand il faut l’être, il vous déstabilisera d’une question. C’est l’évaluateur qu’on ne sent pas quand il y en a plusieurs. Généralement on sort de l’entretien en ce disant, j’arrive pas à le saisir. Ne vous inquiétez pas, lui vous a cerné. On retrouvera ce type de profil chez les chasseurs de tête de haut niveau, dans le secteur social branché psychologie, l'armée, la sécurité et l'intérim. Autrement dit les secteurs qui recrutent beaucoup.

Reste l’évaluateur-plaisir. Il a horreur des conflits, adore parler plutôt que vous faire parler, aime le contact, les histoires, prendre son temps et le vôtre. C’est André Manoukian. Il se fout un peu de l’exercice formel de l’évaluation, pour lui ce qui compte c’est de passer un bon moment. Sachez le distraire, le surprendre et surtout simplifiez lui la tâche, remplissez les papiers à sa place car il va oublier. Il est dans le plaisir, le rêve, ce qui compte pour lui c’est le produit, le plaisir de faire son métier, pas la note, pas l’augmentation et encore mois votre carrière à vous. Dans sa tête, à long terme on sera tous mort, alors autant que l’entretien reste un moment fort de kif. Mon conseil avec lui, taisez-vous, souriez et partagez ses enthousiasmes. Publicité, spectacle, création, communication et...journalisme. N'oubliez pas de remplir la feuille à sa place, je répète. n'oubliez pas la feuille, également.

Une dernière précision, la présence d'un délégué du personnel à l'entretien d'évaluation qui serait en l'espèce Cyril Hanouna (parfait dans ce rôle) n'est pas une obligation pour l'employeur. Le délégué n'est en effet un droit que dans le cas d'un entretien de licenciement ou un entretien disciplinaire.