Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En juin dernier, j’ai assisté à un mariage. Sur un écran, les témoins présentaient, non sans humour, l’union des jeunes mariés comme l’alliance stratégique de deux entreprises prêtes à la fusion. Surdiplômés, charmants et multilingues, ils passaient un deal aussi prometteur qu'une start-up. Ce discours m’a rappelé un concept américain encore peu connu en France : le power couple ou super couple.

Un super couple est un attelage où l’alliance du capital social, des talents, des fortunes et des ambitions promet à ses deux composantes une réussite et des capacités de survie supérieures à la moyenne. L’histoire de France comme les magazines people adorent les super couples. On citera au hasard DSK et Anne Sinclair avant l’affaire du Sofitel ou encore les Clinton du temps où elle et lui mettaient toute leur énergie à faire élire Bill.

En temps de crise, le super couple a des atouts. Le premier d’entre eux est de ne pas donner une priorité abusive à l’amour comme ces 11 % d'américains qui selon le site Findlaw.com retardent leur mariage conjoncture oblige ; 4 % repoussent aussi leur divorce pour la même raison. Le mariage a ses considérations économiques que le divorce connaît aussi. Notons que les Etats-Unis sont un des rares pays occidentaux à promouvoir la stabilisation des mariages. Evaluant le coût économique et social des séparations, certains Etats préfèrent s'occuper des familles en voie de décomposition avant qu'elles ne se recomposent… Choix moral et pragmatique.

En 2010, Pascal Bruckner revisitait l’échec du mariage d’amour (1). Il y regrettait l’impatience des couples qui explosent à la moindre étincelle et passait en revue les engagements non tenus de l’amour romantique. Quand il faut être deux pour se loger, quand la cellule familiale offre stabilité et affection n’est-il pas temps de revoir la priorité excessive donnée au mariage-passion hérité du XIXe siècle ? Si, qui plus est, l’amour dure trois ans, alors Bruckner avait raison d’évoquer non sans tendresse le mariage amitié, compromis patient entre mariage idéaliste et mariage d’intérêts, cette union qui protège peut-être davantage que la séparation n’émancipe.

Dans ses Propos sur le bonheur (2), Alain se risque à donner une définition du super couple, avant la date. Il suggère qu’un couple solide a une vie sociale qui le protège de l’entre soi et des conflits qui le disloqueraient : « Le remède à ces maux me paraît être dans la vie publique (…) par les relations de famille et d'amis, qui établissent dans le ménage des relations de politesse, absolument nécessaires pour dissimuler tous ces caprices du sentiment, qui n'ont toujours que trop d'occasions de s'exprimer ». Les super couples tiendraient ainsi à leur situation (carrière, réseau, famille) pressentant que la dégringolade sociale et financière est l’antichambre du déchirement amoureux.

Le 17 juillet, David et Cathy inauguraient un nouveau dance-floor pour voyageurs en transit dans l’aéroport d’Ibiza. J’ignore si les rois de la nuit ont lu Alain et Bruckner ; avec avec 20 ans de mariage en 2012 et malgré un job a risques... ils ont tout du power couple.

Publié cet été dans l'Express.