Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le héros solitaire dans la tempête

Le héros dans la tempête est toujours le même. Ce matin, en débarquant à la gare - on dit débarquer dans un port et descendre en gare mais je choisis de mélanger volontairement les deux - j'ai vu cette affiche.

François Cluzet bankable dans un film de marin où il se bat seul contre les éléments, j'imagine... J'ai pas vu le film mais d'après le titre c'est pas de l'alpinisme.

Et donc je repère immédiatement cette façon de montrer son visage de trois quarts en scrutant une ligne devant soi. Et bien sûr ça m'a rappelé quelque chose. Et je me suis dit que le photographe ou l'affichiste ou la production n'avait pas choisi cette affiche pour rien. On choisit souvent une image parce qu'elle éveille en vous le souvenir d'une autre image, même diffus. On appelle ça l'inconscient collectif.

Je ne crois pas que François Bluzet soit bonapartiste, mais je pense que sur ce portrait il est napoléonien. C'est évidemment fortuit mais pas complètement.

(Cliquez pour agrandir)

Le héros solitaire dans la tempêteLe héros solitaire dans la tempêteLe héros solitaire dans la tempête

Petit commentaire...

- visage trois quart ;

- cheveux au vent ;

- col de veste proéminent ;

- étoffe et diagonale de fond ;

- mouvement du bras qu'on devine similaire, comme pour armer quelque chose ;

- regard déterminé...

Je dirais que les bons graphistes, les bons directeurs artistiques, les bons photographes connaissent leurs classiques ; c'est grâce à eux que nous ne renions pas notre passé esthétique, en peinture ou au ciné. C'est grâce à eux que l'on se souvient de "ces chemins de loyauté" que sont nos images d'Epinal (ou d'Arcole).

Je laisse aux sympathisant UMP le soin de rajouter celle-ci.

Ou pas...