Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Fête de la Repentance Civique (fable)

Enculés !

Stipendiés !

Salauds !

Elites !

Pourris !

Notables !

Affidés !

La cérémonie a lieu chaque année dans le petit Village de L. dans la Creuse. C’est nouveau, c’est frais. Les conseillers généraux, le maire, le député et un ministre natif de la région passent dans la rue principale.

Les femmes ont les cheveux lâchés, un soutien-gorge pour couvrir leur poitrine, les hommes avancent torse-nu. Ils portent la calotte qui rappellent les pénitences médiévales et la foule leur jette des épluchures, des bouses séchées et des insultes. On sourit, c'est bon enfant.

Les festivités durent une heure. Tout le monde s’y soumet de bonne grâce, les femmes du village ont contribué à coudre les calottes. Il y a ensuite un un vin d'honneur et une collation à la salle des fêtes à laquelle les mêmes élus participent. Elle est payée sur leur argent personnel.

Le maire fait un discours dans lequel il rend hommage à Michèle Delaunay qui en 2014 et pour donner l'exemple, céda l'intégralité de ses biens aux Restos du coeur avant de jurer de ne plus manger de viande rouge. Il célèbre surtout ce jour anniversaire de la publication des patrimoines, il y a 10 ans. C’était un lundi. On avait mis sur internet les biens des ministres. On avait décidé quelques jours plus tôt de supprimer les indemnités auxquelles ils avaient droit 6 mois après avoir quitté leurs fonctions.

La commune célèbre ce jour anniversaire donc, et ensuite on trinque entre citoyens réconciliés avec la politique non sans qu’un enfant choisi parmi les meilleurs de sa classe viennent à son tour lire un discours d’une voix tremblante et appliquée.

Monsieur le Maire, citoyens,

On vous a couvert de bouses séchées à l’occasion de cette cérémonie républicaine de la Fête de la Repentance Civique.

C’est pour se souvenir, tous ensemble, de ce temps où vous étiez, vous et les autres, tous corrompus.

Maintenant c’est fini car nous avons confiance et c’est l’égalité.

Vous avez les mêmes problèmes de logement que nous, vous êtes au chômage comme nous, vous avez des dettes comme nous. C’est exactement ce que nous voulions. Pour que vous soyez nos égaux comme nous.

Les épluchures, les insultes et les bouses que nous vous lançons chaque année symboliquement sur la route de la République qui traverse le village, c’est pour que chacun se souvienne.

Plus jamais ça.

(applaudissements)

Une République peut devenir sale à tout moment.

Voilà pourquoi de temps à autres il faut s’en souvenir, voilà pourquoi nous arborons chaque année le petit badge officiel des "3 vélos de Christiane" devenus les symboles de cette cérémonie de réconciliation et d'humilité politique dont l'ancienne Garde des Sceaux est la patronne laïque, évidemment.

Merci à vous Monsieur le Maire et aussi à vous autres conseillers généraux et députés à mandat unique de vous en souvenir.

Vive la probité, vive l’égalité et la République.

Applaudissements, petite larme des parents et de l'institutrice.

Ensuite on boit un petit blanc de pays.

Quand la réforme est passée, les réacs ont gueulé que c'était la Terreur qui revenait. Les progressistes ont répondu que dans 5 ans, on n'en parlerait plus. C'est vrai, c'est désormais entré dans les moeurs. Qui pourrait croire qu'on s'est écharpé là-dessus en 2013, franchement ?

C’est désormais la Fête de la Repentance Civique, le 15 avril de chaque année, dans tous les villages de France.