Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le train raté de l'Honneur 2.0

J’ai appris aujourd’hui que F. Bayrou avait refusé 2 fois la Légion d’Honneur. J’imagine qu’il n’acceptera d’entrer dans l’Ordre créé par Napoléon Ier que lorsqu’il sera élu Président de la République.

Cette patience et cette exigence sont tout à son honneur. La grande Chancellerie a néanmoins un problème aujourd’hui et ce problème va s’accentuer dans les années à venir.

Il va devenir plus gratifiant de refuser la Légion d’Honneur que de l’accepter. Plus le temps passe dans la société démocratique et égalitaire, plus il est infamant d’être décoré. La décoration est devenue le symbole d'une compromission et d'une collusion avec le pouvoir. Elle a contre elle la presse, les sceptiques, les ricaneurs et les démagogues. Ne resteront plus bientôt de son côté que les récipiendaires, ce qui ne fait pas grand monde.

Une bonne raison néanmoins de refuser la Légion d’Honneur, c’est d’estimer qu’elle récompense de façon trop complaisante certains de ceux qui la reçoivent et n'en sont pas dignes. Dès lors que penser de l’excellence, si l’excellence est comme le baccalauréat, soldée ?

Une mauvaise raison de crier haro sur la légion c’est de disqualifier le mérite dans la République. Au nom de quel renoncement, au nom de quelles railleries poujadistes devrait-on cesser de distinguer les meilleurs ? Cet abandon tue la République à petit feu en même temps qu’il installe le règne du commun, du vulgaire et de la dérision lesquels s'exerces désormais au détriment du premier de la classe pour assurer conséquemment la promotion du dernier. Cette inversion des valeurs est malheureusement un des avatars des temps démocratiques et une des batailles perdues de la République.

Comme je ne saurais critiquer le système sans apporter une proposition, je suggère à l’Ordre d’ouvrir un site Internet, un vrai, où la population pourrait suggérer directement aux pouvoirs publics le nom, les mérites et les états de service de personnes dignes d’être décorées.

A l'heure de réseaux sociaux, je vois mal comment la Chancellerie pourrait continuer à vivre sous cloche et être seulement alimentée des propositions de cabinets ministériels et de corps intermédiaires affaiblis quand ils ne sont pas tout bonnement discrédités. Quand j'évoque un site internet et le recours aux réseaux sociaux, je ne parle pas de cette pauvre rubrique, bien cachée sur l'actuelle site de l'Ordre. Non, je parle d'un dispositif réellement participatif qui serait une façon de "ré-honorer l’honneur" en associant les citoyens au choix de ceux qu’ils reconnaissent comme les plus méritants.

Si cette reconnaissance participative n’est pas mise en place, il sera préférable demain d'être lauréat de l’émission Incroyables Talents, de Top Chef ou encore The Voice plutôt que d’arborer fièrement la rosette sur son veston ou son tailleur.

Il sera tant alors pour l'Institution de pleurer sur le train raté de l'Honneur2.0.