Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier soir, je causais pour cette association. Juste après les interventions des speakers, une des participantes vient vers moi et me dit : « Vous ne ressemblez pas à la voix que j’entends à la radio ». Je n’ai pas osé lui demander à quoi ou à qui elle s’attendait et je suis rentré chez moi. Cet après-midi, le téléphone sonne. Je décroche et un homme se présente, mandaté par l’institut de sondage Opinion Way. Il me propose de m’interroger sur ce que je pense des services que me rend une banque.

Au timbre de sa voix que je trouve souriante (^^), loyale (?) et teintée d'une forme d'humilité bienvenue (!), je trouve l’homme immédiatement sympathique. Il récite pourtant un texte que j’imagine être un guide d’entretien conçu pour lui faciliter la tâche. Je décide néanmoins de lui répondre avec gentillesse que je ne suis plus client de la banque et lui souhaite une bonne journée sans lui raccrocher au nez. Au passage, je découpe nettement chaque syllabe de ma réponse. Je justifie ainsi précisément mon impossibilité de donner satisfaction à son enquête de satisfaction. J’adopte sans difficulté le ton de la sincérité avant de le saluer. 8 secondes

Je n’ai pas été si conciliant quand il y a quelques semaines un opérateur téléphonique m’a sondé de la même façon. Il s’agissait cette fois d’une femme à l’élocution tout aussi professionnelle bien qu’un peu plus automatique. Elle m’a salué de la même façon malgré une légère intonation nasillarde (Ophélie Winter "Dieu m'a donné la foi") mais a certainement employé les même mots courtois que le télé-acteur d’aujourd’hui. Pourtant sans même m’en apercevoir, je l’ai expédiée sans excès de ménagement. 4 secondes.

L’an dernier, une compagnie d’assurance me téléphonait pour des buts similaires. Une femme au fort accent étranger me demandait mon avis sur les services rendus par ma mutuelle. Je l’imaginai marocaine, me figurai aussitôt que l’appel provenait d’un call center étranger spécialisé dans l'abattage industriel de coups de fil et transformai un début d’agacement en une aimable et très conciliante fin de non recevoir altruiste. Il restait malgré tout dans ma façon de l’envoyer paître un soupçon de condescendance matinée de bonne éducation bourgeoise et d'une réminiscence fugace de printemps arabe (Allez savoir pourquoi...). 5 secondes.

Je déduis de tout cela que malgré moi, contre ma morale, contre mon esprit de tolérance, contre l’éducation qui m’a été donnée, mon oreille est gagnée souvent par une série d’a priori tout aussi efficaces et malvenus que ma rétine dont je contrôle néanmoins bien mieux les capteurs de préjugés.

Je suis sexiste et raciste de l’ouïe.

Mais je me soigne.