Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

James Bond ce sont d'abord les romans de Ian Fleming sur lesquels Isabelle Alonso, écrivaine (elle tient à la féminisation de ce terme) est tombée toute petite dans la bibliothèque de ses parents. Avec le recul, 007 est devenu pour elle une icône machiste qui gagnerait plus à la fréquentation des chiennes de garde qu'à celle des James Bond Girl. Isabelle Alonso vient de publier A l'eau de bleu aux éditions Héloïse d'Ormesson qui se déroule dans un monde où s'inversent symétriquement les relations hommes-femmes et donc aussi absurde que le nôtre...

Votre première rencontre avec Bond ce sont les mots de Fleming  et ses romans. J'en ai lus quelques-uns quand j'avais une douzaine d'années. Je les avais trouvés dans la bibliothèque familiale où on me laissait musarder à mon gré alors que mes lectures habituelles tournaient autour de Mark Twain ou Louis Pergaud. Ces romans d'adultes me fascinaient, exhalaient le parfum de l'interdit, avec des passages de sexe que je savais repérer, mais auxquels je ne comprenais rien. Je me souviens d'une phrase, genre "elle avait la démarche d'une femme qui sait à quoi son corps peut servir".  L'idée que ce genre d'intimité se voyait à l'oeil nu me sidérait. Mais je ne suis pas fan des films, du tout. Ce que je peux en dire vient davantage des bandes annonce que des films eux mêmes...

Bond travaille pour une femme, la reine mais il est une icône de la domination masculine. A-t-il changé selon vous en 50 ans ? Bond ne travaille pas pour "une femme", on ne peut pas dire ça. Il travaille pour la Couronne, c'est différent.

Mais le patron de Bond est désormais incarné par une femme est-ce un progrès ? De manière évidente, un soupçon de modernité a soufflé sur les scénarios, mais n'affecte en rien le message essentiel. On balance une Chèfe, histoire de concéder que les femmes peuvent ne pas se réduire à un objet sexuel, mais sans la bombasse qui capitule, qui capitule forcément, James perd son aura de héros, il est foutu!

Imaginez-vous une inversion des rôles ? Une femme espionne et des James bond boys ? Grotesque ? Pedagogique ? Inutile ? On peut tout imaginer, mais la symétrie a t-elle un sens? Changer le monde n'est pas le retourner, autrement un miroir suffirait. James Bond est une institution, un mythe parfaitement machiste, mais ni plus ni moins que la plupart des histoires de super héros. Il s'agit de faire plaisir au lecteur, avec une figure de mec tout puissant qui gagne toujours et a, évidemment, les plus belles femmes à ses pieds, autrement c'est moins drôle...

Bond se bat le plus souvent contre un mal absolu lequel est toujours incarné par un homme. Ne faut-il pas le soutenir malgré tout ? Ou refusez vous de choisir entre deux mâles et deux maux ? Le mâle absolu contre le mal absolu, une affaire intégralement masculine, donc. Qu'ils fassent mumuse entre eux! Je ne suis pas fan des films, mais il me semble qu'ils donnent de plus en plus dans le second degré, et c'est à ça qu'on perçoit l'adaptation au vent du siècle. Ils sont aussi de plus en plus violents il me semble. Le niveau de machisme reste stable...

Imaginons que vous êtes la patronne de Bond, quel type de mission lui donneriez vous ? De se faire incarner par un comédien qui ressemble moins à Poutine.  Et de se mettre non pas au service secret de Sa Majesté, mais à celui de la lutte contre la violence machiste. S'il se mettait du côté des filles contre les vrais méchants qui les violentent, ça aurait de la gueule!

Le genre du film d'action est un genre dominé par les hommes souvent produit pour les hommes. Est-ce une fatalité ou avez vous en tête des héros masculin ou féminin qui pourrait casser les codes du film d'action ou d'aventure ? Le film d'action c'est pour les garçons, la comédie sentimentale c'est pour les filles. Dans le premier le héros gagne et les filles font de la figuration. Dans le deuxième, l'amour gagne, les garçons jouent les trophées. Chacun-e sa came. C'est n'est pas une fatalité, c'est de l'idéologie dominante. Casser les codes, ça serait convaincre les filles qu'elles peuvent gagner et les garçons qu'ils peuvent aimer. On est en route, il me semble.

Avez vous un Bond préféré, une James bons girl dont le profil sorte de l'ordinaire. Vous rencontrez Bond. Vos premiers mots ? Évidemment Sean Connery, parce qu'il était en couverture de mes livres d'enfant. James Bond en madeleine de Proust, nouvelle facette pour le héros inoxydable, non?  "Ex James Bond girl", ça fait son petit effet sur une bio, elles ont toutes eu raison de profiter de l'opportunité, mais ça a un côté harem un brin archaïque. Heureusement que la plupart d'entre elles ont su prouver par la suite qu'elles ne se réduisaient pas à leur sex appeal. Je rencontre James Bond ? Je demande à voir comment il se débrouille à nu, sans autres gadgets que ceux que la Nature lui a donnés...