Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hommage aux résistants de Roland Garros (aux vrais)

J’ai lu sur Twitter que le surgissement des Hommen dans l’enceinte du court central de Roland Garros était hier non seulement un succès médiatique international mais également un acte de résistance.

Si la résistance consiste à être minoritaire et à réussir un coup d’éclat médiatique devant une majorité silencieuse, alors oui les Hommen sont des résistants de même que les Femen sont des résistantes et que peuvent être qualifiés de résistants tout ce que ce monde compte de militants contestataires, alternatifs, marginaux, de droite comme de gauche.

Pourtant hier, pour moi qui me trouvais dans le stade, les résistants n’ont pas été les minoritaires. Non, la résistance était du côté de la foule, de la majorité habituellement silencieuse, souvent qualifiée de ventre-mou. Pour avoir été le témoin (privilégié, oui) du happening de cette catégorie d’opposants au mariage pour tous - dont je respecte les convictions mais pas les méthodes et encore moins le jusqueboutisme – j’ai entendu la foule résister.

La foule a résisté non pas parce que ces jeunes gens étaient venus perturber « son » match, « sa » finale et « ses » joueurs mais parce que cette foule était là dans « sa réalité » et pas là pour faire de la figuration dans un coup médiatique.

Alors la foule a résisté, elle a résisté à la manip en sifflant, comme on siffle une mauvaise pièce pour ne pas en être le complice. Des bruyants, de nombreux, de longs sifflets jusqu’à ce que les importuns soient virés. C’est d'ailleurs TOUT UN STADE qui a sifflé celles et ceux qui ont brandi des banderoles et ceux qui ont sauté sur la terre battue avec des fumigènes. C’est bien ce public-là, un public tranquille de tennis qui a résisté hier à l’oppression et à la tyrannie du happening.

Le public était hier en résistance contre ce cirque médiaco-politique dont on ne soupçonne pas le rejet chez nos concitoyens qui ne supportent plus d’être pris en otage par les as de la torsion des faits et des idées dont sont aujourd’hui capables les militants de toutes obédiences en démocratie médiatique.

Ces siffleurs majoritaires étaient là pour le match mais quand les Hommen ont surgi, ils ont défendu leur réalité refusant le détournement que les Hommen s’apprêtaient à en faire.

Une fois n'est pas coutume, c'est la majorité qui a fait hier de la résistance.