Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Happy Birthday Mister Président

Je me souviens que le visage de Sarkozy accusait les coups de ses propres démons, imprimait les critiques et qu’inversement ce visage se transformait, exprimait des émotions pour les restituer et les retourner à l'envoyeur. François Hollande c’est l’inverse. Accablé de reproche, poursuivi par 60 millions d’inspecteurs des travaux finis, trahis chaque jour par les mauvais tours de ses ministres, il ne change pas.

Pourtant depuis un an, comme Sarkozy, il est quotidiennement sommé de confondre le temps de l’action avec le temps médiatique qui organise le monitoring du mandat en continu (c'est assez facile avec 150 rendez-vous politiques par semaine au bas mot toutes chaines et stations confondues).

Le système donc critique, assomme, étrille, éreinte le Président de la Ve République rendu responsable de tout, lui qui voulait déléguer (Moi, Président). Mais regardez bien ce président. Il semble ne pas accuser le coup. Il traverse son quinquennat sous la pluie, dans une ambiance défaitiste, dans la tempête, dans un déluge de y’à qu’à faut qu’on ; et il ne varie pas. Il y a quelque chose d’étrange dans l’apparente solidité de cet homme.

Nous l’échangerait-t-on chaque jour contre un autre identique - un clone - qui permettrait au précédent de recharger ses batteries ? Y-aurait-il 15 Hollande dans les sous-sols de l’Elysée ?

Un an qu’il est au pouvoir. On lui aura tout fait, il n’aura sans doute pas tout essayé mais une chose est sûr, pas le moindre signe de faiblesse, pas le moindre écart personnel de conduite, pas un mot plus haut que l’autre. Cet homme est une énigme.

Chirac en 1994, le dos recouvert des coups de couteaux délivrés par ses amis de 30 ans souffre d’une cote de popularité au plus bas. Aucune chance d’être élu l’année suivante. Chirac stoïque traverse la campagne ignorant des critiques, des pronostics, des Cassandres.

Hollande lui ressemble, sauf qu’il est au pouvoir. Lui aussi traverse sa première année de quinquennat stoïque, tranquille, serein. En apparence, mais quelle apparence !

Je me souviens que ma consoeur Maire-Eve Malouines l’avait surnommé le Culbuto. Hollande est un culbuto, je dirais plus. C’est une tortue romaine exclusivement composée de culbutos qui progresse dans le même sens.

Mécaniquement, implacablement, étrangement.

Si invariablement que ça en devient inquiétant.

Un an comme ça, il devrait avoir une gueule de déterré. Mais non.

Happy Birthday Mr President.