Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec son dernier livre, Global Gay (Flammarion), Frédéric Martel journaliste à France Culture, historien, fondateur de Nonfiction.fr, fait en quelque sorte la synthèse de deux convictions, d’une part le progrès inexorable des revendications gay et la mondialisation de la question gay qui devient mainstream du nom de son essai sur la culture. Global Gay sort en librairie le 6 février prochain, le bon moment pour clore la séquence des mobilisations de rue en faveur du mariage pour tous (et contre) et l'occasion d'ouvrir celle des débats parlementaires sur les sujets qui suivent : mariage, adoption, etc. Discussion avec un  des spécialistes français de la question homo auprès duquel je valide et dépose le néologisme Gaybalization.

D’abord ce titre. Global Gay. Ca veut dire qu’il y a une mondialisation gay et a contrario un protectionnisme, non ? Peut-on parler d’une homobalisation ou de gaybalization ?

Ca dit surtout que la question gay se mondialise et que, peu à peu, elle devient une nouvelle frontière des droits de l'homme au niveau mondial. Mais les gays, universels, mondialisés, parfois américanisés, restent aussi très "locaux", c'est à dire qu'ils continuent à être singuliers et différents : à Tokyo, à Téhéran, en Chine, en Russie, à Cuba, et dans 45 pays, j'ai voulu voir à la fois les phénomènes d'uniformité gay "mainstream" et les différences locales.

Justement Mainstream votre précédent livre… Peut-on imaginer demain une norme mondiale homo et un particularisme hétéro ?

Il y a une vidéo de Lady Gaga, Téléphone, où les lesbiennes prennent le pouvoir et les hétéros sont en prison derrière les barreaux. On n'en est pas là !

Avez-vous manifesté en faveur du #mariagepourtous ?

J'ai été l'organisateur principal hier soir de la soirée du Théâtre du Rond-Point en faveur du "mariage pour tous" et j'ai fait toutes les manifs pro mariage aussi.

Il paraît que la manifestation était sans techno. C’est un immense progrès, non ? Et je ne parle pas des chars où parfois les gays s’exhibent nus avec des plumes et tout ça. Va-t-on en finir avec ce folklore ?

Moi je suis plutôt disco. J'aime pas les plumes ! Je préfère les moustaches de Village People.

J’ai découvert dans Global Gay que l’Allemagne n’a pas de mariage pour tous. Sont-ils en retard là-bas ?

C'est effectivement très étrange. Mais j'ai l'impression que ça va bouger là-bas cette année, comme d'ailleurs en Angleterre, en Irlande, au Luxembourg, à Taïwan, en Nouvelle Zélande, et même en Uruguay ou le débat sur le mariage gay arrive. Ce n'est donc pas une question française, une hystérie nationale : c'est un débat global.

Quelle est votre position sur l’adoption, la PMA et plus globalement est-ce de l’homophobie que d’être réservé, voire très réservé sur la PMA ?

Je ne crois pas que l'on soit homophobe si on est contre la PMA. Personnellement j'y suis assez favorable. Par contre, il faut être cohérent. Si on est contre la PMA, il faut l'être pour tous, pour les couples homos, comme pour les couples hétéros. D'ailleurs, je fais partie de ceux qui pensent qu'on n'aurait pas dû lier les deux débats : il y a un débat sur le mariage pour tous qui concerne les couples homosexuels ; il y a ensuite des questions qui concernent la co-parentalité, la famille, la bioéthique, et ceux-là auraient dû être traités dans une loi commune à tous les couples. C'est d'ailleurs ce qui va se passer avec les deux lois annoncées.

Allez-vous vous marier avec un homme un jour ?

La question, une fois le mariage voté, sera de trouver la personne à épouser ! (rires...)

Sur les réseaux sociaux, les pro-mariages sont parfois aussi agressifs que les anti. Parfois davantage. Etre opposé au mariage est-ce nécessairement être homophobe 

Je pense qu'on n'est pas forcément homophobe lorsqu'on est contre le mariage pour tous. Mais il y a beaucoup d'homophobes parmi ceux qui sont contre le mariage pour tous.

Il y a une impression diffuse que la radicalité s’est inversée. Les défenseurs du mariage traditionnel d’un côté, invoquent le code civil à la Papa et de l’autre, une forme de conformisme, la majorité qui va très accepter le changement sociétal. Il y a donc une normalisation des communautés LGTB sous la présidence normale ?

Il y a clairement une envie de "normalisation", une sorte de normalisation en tout cas, de certains gays et lesbienne. Un souhait de famille, une envie de protection des enfants. Cela est effectivement différent de ce que les homosexuels voulaient dans les années 1970 avec le FHAR, les gouines rouges et la radicalité gay.

Quels sont les pays les plus homophobes du monde ? Avez-vous une sorte de top 3 ?

Il y a huit pays où l'homosexualité est passible de la peine de mort. Notamment l'Iran, l'Arabie Saoudite, le Yémen.

Aujourd’hui, l’insulte la pire sur Internet c’est 5/Sexiste 4/Raciste 3/Facho 2/Antisémite et enfin, l’horreur absolue 1/Homophobe. C’est pas mal non ?

On est en train de passer "de la pénalisation de l'homosexualité à la pénalisation de l'homophobie" - comme je l'écris dans mon livre - et je trouve cela plutôt bien. Pas vous ?

Si. Mais je pose les questions. On n’est pas dans Masse Critique (son émission du dimanche soir sur France Culture). Dans votre livre, Global Gay, on trouve une liste des quartiers homo, des « colonies gays », comme le Marais à Paris, le Piccolo Ghetto en Italie. Ces quartiers exclusifs sont-ils amenés à disparaître un jour ?

C'est vrai qu'on voit une dispersion des bars gays, une dissémination des quartiers gays, à mesure que la tolérance s'accroit. C'est très typique à New York, Amsterdam par exemple. A Paris, le Marais demeure toutefois très identitaire - c'est là ou je vis d'ailleurs !

Croyez-vous qu’un jour les gays seront tellement invisibles et transparents qu’ils diront dans les conversations «Chacun doit laisser une part hétérosexuelle de lui-même s’exprimer » ?

Quand il est jeune, l'homosexuel est toujours hétérosexuel. On ne nait pas homosexuel, on le devient.

Pourquoi l’égalité est-elle aujourd’hui la valeur suprême ? Pourquoi pas la liberté d’être différent dans la fraternité ?

Je pense qu'on défend, avec le mariage pour tous, à la fois l'égalité et la liberté. L'égalité vis à vis des autres couples. La liberté de vivre une sexualité différente.

La gaybalization est en marche, quel progrès nous réserve-t-elle ?

Je reprends le mot mais je vous en laisse le copyright ! Je crois en effet que nous sommes en train d'assister a la mondialisation de la question gay - c'est la conclusion de mon livre. A l'ONU, au Parlement européen, en Amérique latine et bien sur dans l'Amérique de Barack Obama les choses s'améliorent. Mais nous ne sommes qu'au début, à l'échelle globale, d'un long chemin.