Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fracasser un vidéo-projecteur peut-il réveiller un auditoire endormi ?

Les auditoires sans réaction sont agaçants. Ca vaut pour un prof, un intervenant et ça vaut bien sûr pour les artistes mais aussi les cadres et les consultants qui pour certains consacrent pas mal de temps à projeter et commenter sur des écrans des présentations, des graphiques, des propositions commerciales.

Il arrive que devant ces "slides" souvent chiadées, souvent animées, souvent colorées, qui ont même pris un temps fou, le client, les collègues, l'assistance ou les élèves tombent dans l'apathie.

Le Monde Magazine consacre ce week-end 5 pages au travail de Pennie Smith qui a suivi les Clash à la fin des années 70 dans leur tournée. Elle raconte notamment l’histoire de cette photo reprise pour la couverture de l’Album London Calling, ce moment où Paul Simonon, le bassiste, a fracassé sa guitare sur le sol. Elle révèle que c’est parce que le public américain de ce concert-là était trop mou et que ça l’avait énervé.

J’ai imaginé un directeur financier présentant son budget et ses beaux camenberts via un diaparoma devant un comité de direction endormi. Enervé, il prend son vidéoprojecteur et le fracasse comme Paul Simonon sa Fender. Ensuite, la photo de l’incident fait la couverture du rapport annuel de l’entreprise et il obtient un méga bonus.

J’ignore si piquer une colère peut réveiller un auditoire, je sais seulement que Paul Simonon a donné sa propre version de ce moment extrême. C’est dans cette vidéo.