Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans sa dernière publicité, le site e-Darling (« EXIGEZ DES RENCONTRES DE QUALITE ») met en scène une femme en proie au doute ; son ordinateur sur les genoux, un poil crispée, elle s’adresse à nous tourmentée par cette question : « C’est pas facile de s’y retrouver avec tous ces sites de rencontres. Qui peut me dire lequel est vraiment digne de confiance ? ».

Cette femme ne le sait pas mais elle applique le principe de précaution à la rencontre amoureuse. Fut un temps où ce qui précédait la drague relevait de l’excitation ou de la curiosité mais sur internet, les marchands de relations l’ont bien compris, ce qui taraude la candidate aux amours cybernétiques c’est la peur du ratage. L’inquiétude précède l’envie, l’angoisse le plaisir ; qui sait si elle ne va pas tomber sur un loup-garou, un escroc ou un pédophile pour adultes ?

Je me souviens d’une conversation avec les responsables d’un leader du marché de la rencontre en ligne. Ils m’expliquaient recevoir des courriels dépités de certains abonnés revenus bredouilles de leur trip en cyber-love. Malgré le nombre d’inscrits, malgré la batterie des critères à renseigner pour « caster » l’élu(e), malgré l’assistance-conseil en ligne pour les débutants et les nuls, le site devait répondre à ses membres qu’il n’avait, dans cette matière, qu’une obligation de moyens et pas de résultat.

Tous les psychologues le savent, le principal obstacle à la drague est la peur d'être rejeté. Pour cette raison, Netdatingassistant.com promet à ses clients de faire le job à leur place « Déléguez à votre assistant, il peut tout faire à votre place. Création de votre profil, sélection des partenaires, rédaction de messages, obtention de rendez-vous... ». En clair, on peut sous-traiter la séduction à des Cyrano de Bergerac online dont le sens du sacrifice est proportionnel aux honoraires qui leurs seront versés… Sur Facebook, la quête de sécurité amoureuse peut aller plus loin puisque l’application Didido permet "sans engagement" depuis quelques semaines de jauger, via une batterie de tests anonymes, la disponibilité d’un Friend (votre belle sœur, une cousine éloignée, un collègue de travail, la voisine). L’approche se fait à l’aveugle mais évite la honte en cas d’échec. On est proche du risque zéro.

Pourtant rien n’égalera l’initiative de l’américain Safesexpassport.com qui depuis 2007 s’évertue à rassurer les plus paranoïaques. Moyennant finance, il délivre un passeport sexuel certifiant votre bonne santé vénérienne après les tests de circonstances. Ainsi labélisés et contrôlés, les internautes sains peuvent afficher « le tampon » sur leur profil et l’exiger en retour de leurs contacts. Romantique n’est-ce pas ?

Eté1984. Dans Vive les femmes, film adapté de la bande dessinée du regretté Reiser, Roland Giraud interprète un dragueur des plages décomplexé. « Dites, ça vous dirait d’aller tirer un petit coup avec moi à l’hôtel ? » lance-t-il flegmatique aux vacancières pétrifiées d’indignation. Il répète ainsi la question jusqu’à ce que l’une d’entre elles accepte laissant les autres médusées voire jalouses. Ce personnage mise sur la probabilité, l’aléa et la prise de risque. A sa façon, certes lourdingue, il pratique un jeu de l’amour et du hasard ; l’exact contraire de ce que promettent aujourd’hui les sites de rencontres.

Paru dans l'Express de cette semaine