Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

René Rémond, tu n’as pas vécu pour rien. Toi qui il y a plusieurs dizaines d’années tranchais la droite en trois comme un gâteau avec la droite bonapartiste au chocolat, la droite légitimiste au café et la droite orléaniste à la chantilly, eh bien ça fonctionne toujours. Même à 26 voix près d'écart entre Fillon et Copé, ça fonctionne ! Tes 3 droites refusent la bipolarité FN/UMP, elles refusent l’idée d’une droite bien à droite, d’une droite moins à droite.  Il leur faut être ces trois modèles de base, historiques que tu as théorisés.

Je parle aux moins de 20 ans. Ils n’ont pas connu Jean Lecanuet, le grand oncle de Borloo, ils n’ont pas connu Alexandre Sanguinetti, l’arrière grand père de Copé, ils n’ont pas connu Pierre Poujade, le cousin éloigné de Marine Le Pen. Eh bien qu’ils sachent qu’un jour un universitaire du nom de René Rémond fit sa carrière médiatique et académique sur une connaissance clinique des droites qu’il coupa en trois familles qui gonflent, maigrissent, manquent de disparaitre et se cabrent à nouveau au gré des événements des échéances historiques et des tripatouillages d'élections internes. Ce Monsieur inventa une grille de lecture qui sert encore aujourd’hui.

René Rémond c’est le couteau suisse des droites. Elles croient faire mentir son théorème en  fabriquant l’UMP, en marginalisant l’UDF jusqu’à l’atomiser en grossissant le FN et zou, elles se recomposent. Et surtout ne pas confondre ces trois droites avec les UDI, FN et UMP, ce serait trop simple. Elles débordent de chaque formation pour aller vampiriser celle d’à côté. Certes Borloo ne ressemble pas à Giscard, certes Copé et Fillon ne ressemblent pas à Pompidou, certes Marine n’est pas De Gaulle mais les fondamentaux des droites françaises sont bien là se chamaillant dans les partis et en dehors d’eux. La plus extrême croit frileusement en la nation, la plus centriste en l’Europe et au marché et la dernière, étatiste et pragmatique a le culte du chef, mais ce chef, elle n’arrive pas à le désigner.  A 26 voix d’écart, René Rémond doit sourire là où il est.