Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La chair est triste hélas et j’ai lu tous les livres. Y-a-t-il un équivalent pour Internet ? La toile est drôle tant mieux et j’ai fait tous les tweets ? Je crois bien que oui. Et on se marre bien.

Le réseau social Twitter combiné à l’accélération du temps et c’est le syndrome du Old ! qui nous frappe.

Il faut dire que l'UMP, le RUMP et la Rumpture sont là pour nous stimuler, nous faire accélérer !

C’est quoi le syndrome du Old ? C’est la pensée qui vous vient que ce qu’on vient d’énoncer le premier – du moins le croit-on sincèrement - vient de l’être par un autre un peu plus tôt, voire bien plus tôt, voire avant hier, voire avant l'an dernier.

Old le bon mot, Old la référence, Old le Tweet.

Tout devient Old et réciproquement.

Que faire alors d’une pensée, d’un jeu de mot, d’une bonne blague si elle a déjà été faite ? Si dès qu’elle a été énoncée, la voilà mort-née ? S’abstenir, vérifier, archiver, se taire. Je ne sais pas. Qui sait si un jour, un prof d'histoire après avoir énoncé que Marignan fut une bataille gagnée par François Ier en 1515 ne s'entendra pas dire par ses élèves : c'est Old M'sieur, on le savait déjà.

On en n'est pas là, mais sur Twitter, nous y sommes. La traçabilité des blagues et des bon mots est là qui permet de savoir qui twitte quoi et quand, qui fut le premier et le plus fulgurant. Ainsi je calembourre (contraction de faire des calembours et d'être à la bourre) et me voilà rattrapé par le temps qui ne suspend jamais son vol et son lâché de tweets antérieurs.

Alors, sommes nous condamnés à l’oldification systématique du tweet ?

Devant un tel phénomène, je me trouve bien mal armé.