Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je me souviens des années 80. Il y avait souvent une finale Mc Enroe-Borg ou une finale Mc Enroe-Lendl. Souvent Borg ou Lendl gagnait contre Mc Enroe. L'un ou l'autre gagnait à la raison, à l’usure, à la rationalité, au respect de la ligne et des lignes, à la course de fond et à l’absence totale de prise de risques. Lendl et Borg gagnaient et pendant que Borg et Lendl gagnaient, Mc Enroe faisait les match et entretenait la flamme. Il montait, faisait des coups extravagants, piquait d’extraordinaires colères, tombait au sol et se relevait pour mourir, souvent. Pas toujours.

Il passait pour irrationnel mais ressuscitait une mythologie héroïque faite de surnaturel et de souffrance sacrificielle. Le public acclamait ses coups glorieux. Parfois Mc Enroe contestait, était de mauvaise foi. Sur un break, sa colère puis sa propre déconcentration lui faisait perdre le point, sans panache. Le coup suivant il était un demi-dieu. En face, le métronome moderne renvoyait. Il renvoyait Mc Enroe à ses propres démons, à ses lubies, à son sens du sacré, à la société traditionnelle, aux mythes fondateurs des grandes batailles. Souvent Mc Enroe jetait sa raquette, observait le ciel et insultait les Dieux et ne décolérait pas contre l’arbitre et ce foutu réel.

Il y avait dans le jeu de Mc Enroe cette idée selon laquelle quelque chose qui nous dépasse doit in fine prendre les rênes du match. Un supplément d’âme et de politique, une déraison hautement, prodigieusement morale et humaine qui faisait battre les cœurs et donnait de l'espoir à tous les spectateurs. Mc Enroe était un tribun de haute volée.

Au final Borg et Mc Enroe devaient l’emporter au score, à force de froide patience, de minutie et souvent d'ennui et parce que  c’était, diront certains, l’ordre des choses. L'ordre des choses qui retombait lourdement sur la terre, le ciment ou le gazon.

Quand je regarde la partie qui s’est jouée entre Arnaud Montebourg et Jean-Marc Ayrault la semaine dernière sur le terrain miné qu'est aujourd'hui le dossier Florange, je repense à Mc Enroe et à Lendl.