Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est arrivé cet après-midi, presque tranquillement. Attali, à voix basse « Florange, ça n’a aucune importance, c'est fini » sur BFMTV. Sans passion, avec la froideur qui révulsera certains, avec le cynisme que lui trouveront d’autres, Attali a enterré le dossier, en faisant une affaire secondaire. D'une certaine façon Attali a dit "le roi est nu". Les salariés de Florange ne sont rien en comparaison des milliers de chômeurs qui arrivent à Pôle Emploi chaque jour. Ca s’appelle mettre les pieds dans le plat. Ayrault lui a emboité le pas discrètement ce soir à 20 heures. En jouant la carte du réalisme, cette gauche-là va sans doute mettre un terme à la situation d’exception dont bénéficie le dossier Florange. Qu’est-ce qui justifie que 600 salariés subjuguent, tétanisent et terrorisent, aussi, depuis 5 ans toute la classe politique, qu’ils bénéficient d’une telle couverture médiatique ? La seule justification c’est évidemment le symbole d’une classe ouvrière engloutie dans la mondialisation et qu’incarnent depuis des mois avec l’énergie du désespoir et la fierté d’un glorieux passé les ouvriers et syndicalistes de Florange. Dignes héritiers des luttes de la fin du XIXe siècle, ils ont tenu durant des jours le haut du pavé médiatique. Et tout le monde a suivi : l’opinion, les politiques et les médias. Aujourd’hui, les socio-démocrates ont dit stop. Attali avec un réalisme qui confine à la brutalité sacrilège, Ayrault en désavouant Montebourg puis en expliquant ce soir sur France2 qu’il ne reviendrait pas sur sa décision malgré la grogne d’une partie de sa majorité. Florange (comme Gandrange), ce dossier plombé dont Hollande avait fait un point de passage obligé sur la route du pouvoir, ce dossier vient d’être enterré. Ayrault fait semblant que non mais Attali a traduit.