Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne sais pas pourquoi Obama a été réélu. Franchement je ne sais pas. Je me suis posé la question toute la journée. Obama a planté pas mal de choses. Il n’a pas su négocier avec les Républicains, il n’a pas été le partenaire que l’Europe attendait et il rechigne à jouer le gendarme du monde comme nous le voudrions. OK il a chopé Ben Laden néanmoins, Obama a été mauvais à bien des égards.

Je ne me résous pas à l’idée qu’on aime Obama parce qu’il est un peu noir ou qu'il ressemble à un socialiste. Je trouve que le crédit de bonne tête est aussi catastrophique que le délit de sale gueule. Quand à notre fascination collective pour les socialistes des autres, je la trouve suspecte.

Donc ce qui fait le mérite principal d’Obama à mes yeux si on le compare à celui de son adversaire, ce n’est pas sa beauté, son allure, sa famille et son humour (un humour congelé par des professionnel du gag, d'ailleurs). Ce n’est pas non plus l’internet qu’il a saturé de vidéo, de buzz, de fans, de Poke, de bruit médiatique et de mousse numérique à milliards. Non ce qui fait le mérite principal à mes yeux de Barack Obama, ce sont ces électeurs.

Les jeunes, les immigrés, les femmes, les pauvres, les chômeurs, les homos sans oublier les assistés si « chers » à Mitt Romney, voilà la force d’Obama, voilà son centre de gravité : ces électeurs qui ont décidé avec difficulté, avec hésitation, qu'à tout prendre, mieux valait sauver ce candidat là. Ces électeurs ont été responsables, ils se sont pris en main. Obama ne vaut que par ce peuple-là, un peuple de misère dont New York n'est que la figure argentée et cultivée. C’est ce peuple de souffrance qui s’accroche au rêve déçu de 2008 et qui fait aujourd’hui la densité et la légitimité d’Obama. C’est ce peuple qui a évité au premier président noir des États-Unis de finir dans les oubliettes de l’histoire, comptable d’un mandat raté, c'est ce peuple qui l'a sauvé des eaux.

Voilà pourquoi Obama méritait d’être élu, parce qu’il avait le bon électorat. Je le dis sans animosité pour les électeurs de Romney mais franchement je ne crois pas que des acheteurs d’armes, des fous du moins d’Etat, des paranoïaques de l’action sociale et de l’impôt, des ultra de Dieu sans oublier des hommes d’affaires partisans du chacun pour soi et de l'ignorance du monde incarnent véritablement ce dont l’Amérique a besoin. Ou plus exactement qu'ils incarnent l'Amérique dont le monde que j'aime a besoin.

Ceci dit l’Amérique et les Américains ne m’ont rien demandé et c'est pas complètement mes oignons.