Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Confessions d'un élu au-dessus de tout soupçon

Je suis entré en politique en septembre 2037. J’avais 27 ans et l’ambition de devenir conseiller régional, les régions ayant dès 2025 fusionné avec les départements sous l'impulsion du Directoire Populaire (La fonction de Président de la République n'existe plus depuis 2024).

J’ai dû me soumettre aux nouveaux dispositifs de moralisation et purification de la vie politique et publique. En quelques années, secouée par l'Affaire Cahuzac et ses suites, la République a remarquablement organisé la délivrance du CAEMP, le Certificat d’Aptitude à l’Exercice d’un Mandat Politique. Sans le précieux papier, pas d'accès à la fonction politique dans la NRF (Nouvelle République Française).

Comment fonctionne le CAEMP ?

Tout se déroule à la préfecture. La procédure prend un mois à compter du dépôt des renseignements.

On doit en premier lieu donner au service compétent la liste de tous ses comptes et de son patrimoine ainsi qu’une procuration pour qu’elle puisse contrôler, via internet, votre train de vie depuis l’âge de vos 18 ans et pendant les années qui suivront votre début de mandat. La préfecture garantit évidemment la confidentialité des informations bancaires auxquelles elle a accès. Elle a tout simplement accès à toutes les opérations financières du futur élu ce qui englobe tout y compris ses remboursements d'assurance maladie ou ses consommations de VOD ou ses téléchargements.

Le laboratoire régional d'analyses médicales procède ensuite à une expertise de votre carte ADN lui permettant d'anticiper outre les dépressions, les faiblesses de caractères et les pathologies neurologiques. Cette étape est devenue avec le temps aussi importante que les suivantes. On peut aujourd'hui dire qu'il est aussi compliqué de devenir élu que pilote de chasse tant les qualités physiques et génétiques sont des critères discriminants pour l'obtention du CAEMP.

On doit également fournir au bureau compétent un arbre généalogique et une liste des membres de son réseau relationnel ainsi qu’une attestation sur l’honneur comme quoi on a démissionné de tous les clubs, réseaux et associations dont est on est membre à l’exception de son parti, bien sûr. J’ai ainsi dû partir du Rotary et de l’association Vélo et Nature de mon quartier. J'ai renoncé à la maçonnerie il y a cinq ans évidemment. Et j'ai eu la sagesse de ne jamais entrer au Siècle qui a d'ailleurs été interdit dès 2017 .

Confessions d'un élu au-dessus de tout soupçon

La phase la plus délicate est bien entendue celle qui concerne les tests de moralité, l’entretien avec le psychologue et ce qu’ils appellent le crash-test affectif. Le crash-test affectif est une mise à l’épreuve compte tenu de ce qui attend le nouvel élu. On doit renoncer à tout favoritisme, tout népotisme et logiquement à toute relation familiale, amicale ou confraternelle susceptible de vous placer en position de conflit d’intérêt pendant l’exercice de votre mandat unique (car au moment où je vous parle, la suppression du cumul est en vigueur depuis 20 ans). Cette renonciation aux liens personnels et donc à tout risque de clientélisme est un moment très dur. Concrètement on s'engage à ne plus vivre avec ses proches durant cette période de notre vie au service de la communauté. On oublie momentanément qui on a été.

On doit également renoncer à aimer ou à partager un appartement avec quelqu’un. Certains ont avancé, au moment de la loi qui a instauré ce système régi par le principe de précaution, que les élus s’engageaient dans une vie monacale. C’est tout l’inverse ! Ils s’engagent dans une vie publique mais leurs attaches personnelles avec le monde qu’ils ont quitté les libèrent des tentations. L'élu est à tous et ne saurait donc appartenir à quelques-uns.

Au terme d’un mois d’examen et de contrôle, une commission vous délivre ou pas le precieux Certificat d’Aptitude à l’Exercice d’un Mandat Politique.

Comme un prisonnier qui entre en geôles, tous les avoirs et biens détenus avant l’élection sont gelés jusqu’à la fin du mandat. Ils seront restitués dans le mois qui suit le retour à la vie civile. Un comptable d’Etat vous accompagnera durant tout l’exercice de votre mandat contrôlant vos achats et dépenses individuels et la rémunération de vos collaborateurs. Ces achats sont instantanément partagé sur servicepublic.fr et des bloggueurs indépendants doublent les analyses de la Cour des Comptes dont les effectifs ont été multipliés par 10 en 30 ans.

Pour éviter les signes extérieurs de richesse, les achats luxueux, les élus sont interdits de marques, de bijoux et bien sûr de signes ostentatoires tels que les couleurs, le strass, les talons hauts, les talonnettes, les boucles de ceinture dorée et toute forme de maquillage ou de postiche, exception faite bien sûr des prothèses médicales. Les élus sont désormais logés dans d'anciennes casernes aménagées et transportés en véhicules militaires. Là encore, les déplacements sont géolocalisés et analysés par des collectifs de bloggueurs pour éviter les excès.

Une loi passée l’an dernier a également interdit les prises de parole dans la presse people. La vie privée étant parfaitement encadrée et contrôlée, les élus n’ont plus à se confier sur leur vie intime, leur vie d’avant ou leur goût pour le sport ou la culture. Il est désormais clair que ces confidences visant à mettre en valeur leur personne au détriment de leur action pour la collectivité sont proscrites. Les conjoints n'ont aucun statut ni médiatique ni public. Ils n'existent plus, tout du moins tant que l'élu est en exercice. Les entretiens avec la presse sont encadrés, systématiquement enregistrés et se déroulent obligatoirement en présence d'une personne assermentée.

Confessions d'un élu au-dessus de tout soupçon

Mais c'est vraiment l'obtention et la délivrance du CAEMP qui marque sans doute le plus la vie politique d'un élu.

C’est une cérémonie émouvante et prenante, puisqu’elle est publique, largement commentée sur les réseaux sociaux et qu’elle peut réserver des surprises avant la prestation de serment.

Quand je l’ai passée, un camarade de promotion a été écarté. Il avait omis de préciser qu’un de ses oncles était cadre dirigeant dans un laboratoire pharmaceutique. Une de mes amies, pourtant issue de la diversité n'a même pas pu se présenter car elle avait eu un petit ami chargé de clientèle entreprise à la BNB. Dans le même genre, un garçon qui avait tout pour réussir (Il était brillamment diplômé de l'école des lanceurs d'alerte misérablement baptisé l'ENA des Mouchards par ses détracteurs) a été sanctionné pour avoir caché qu’il avait un arrière grand-père suisse. C'est dire si les services préfectoraux et les examinateurs remontent loin dans vos antécédents.

Ces cas sont extrêmes évidemment.

Mais si vous franchissez ce barrage qui ressemble à un parcours initiatique - car vous abandonnez tous les oripeaux de votre vie passée -, alors c’est une immense joie d'obtenir le certificat, comme une sorte de baptême républicain car vous devenez un autre. Une fois le Certificat d’Aptitude à l’Exercice d’un Mandat Politique obtenu, les élections proprement dites ne sont plus qu’une formalité.

Les élections n'intéressent d’ailleurs plus personne.