Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous lirez ce fait divers scolaire où un élève frappe l'enseignant qui veut lui confisquer son téléphone mobile. Il confirme à mes yeux deux choses. L'arrivée des écrans dans les salles de classes nous prépare des lendemains catastrophiques. La seconde est plus subtile. Vous verrez comment, face au courroux des profs que je soutiens de toutes mes forces, le rectorat semble gêné aux entournures devant ce qu'il refuse de considérer comme acte qu'il faut punir au sens le plus traditionnel, le plus éducatif et le plus REACTIONNAIRE du terme. Je vous recommande notamment ce passage que je recopie mot pour mot attribué à une source travaillant au rectorat.

"L'objectif n'est pas de pénaliser. Cette exclusion ne se fait pas à titre punitif mais doit permettre d'assurer des conditions sereines à un éventuel retour de l'élève dans l'établissement."

Mais si l'exclusion ne se fait pas à titre punitif à quoi sert-elle ? Depuis quand les sanctions sont-elles faites pour permettre le retour de l'enfant qui a frappé le professeur ? Je vous laisse juge de cette affaire intéressante. Au terme del'article on ne sait plus si frapper son prof à cause d'un portable est bien ou mal. On ne sait plus car on ne veut plus savoir.

Merci à l'oeil avisé qui m'a transmis cet article à lire ci-dessous.

Cette exclusion ne se fait pas à titre punitif, ah bon ???