Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette interview est parue au moment où, en France, on se bagarrait parce qu’un ministre émettait l’idée que le nucléaire puisse être une filière d’avenir provoquant une quasi crise ministérielle. Mais, quelque part, en Suisse, une organisation européenne sexagénaire dont la France est membre depuis 1953 (et qu’elle n’a pas l’intention de quitter à ma connaissance) travaille sa gestion des ressources humaines et gagne des prix dans ce domaine. Lisez cet entretien réalisé auprès d’Anne-Sylvie Catherin, DRH du Centre Européen de Recherche Nucléaire (le fameux CERN)… Vous y apprendrez que l’organisation n’emploie que 78 chercheurs en physique nucléaire (sur 2400 personnes), propose de nombreuses autres carrières, hors recherche, et peine à trouver des profils pour aller travailler dans ce que le Temps.ch appelle la Mecque des physiciens. Mais le CERN s'accroche et travaille sa communication de recrutement avec des vidéos maison lunaires, une présence active sur LinkedIn, mieux le centre se place parmi les entreprises les plus attractives au monde devant Google dans le classement Universum réalisé auprès des ingénieurs. Plus que jamais, le nucléaire est un emploi d’avenir.

Mais en Suisse.