Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur un télésiège éjectable

C’est une histoire de télésiège. Et de siège éjectable. J’ignore comment elle s’appelle. Elle a raconté sa vie au Monsieur avec qui elle prenait le télésiège. Ils étaient tous les deux assis à ma gauche. J’ai écouté son histoire de bataille pour l’emploi. Je l’ai trouvé tellement vraie, tellement courageuse et tellement banale à la fois que je me suis dit que j’allais la retranscrire ici, de mémoire. Comme si j’épinglais une photo-souvenir.

« 11 ans dans un laboratoire pharmaceutique. J’avais un diplôme de marketing international. J’adorais mon travail mais au début des années 2000, les labos ont pas vu venir internet, les génériques et tout ça, alors tu comprends, ils ont pris la crise en 2007, déjà, ils ont écrémé et ils ont commencé par les fonctions de communication. J’ai été licenciée.

J’avais 45 ans. J’ai cherché, mais je te prie de croire qu’à 45 ans t’es vieille et qu’on me l’a bien fait comprendre. J’ai cherché et finalement, j’ai renoncé à faire ce que j’aimais. Ca m’a rassuré parce que la fille recrutée après moi, sur mon poste, elle s’est fait virer 4 ans plus tard, je l’ai su par des anciens collègues de travail.

Alors quand j’ai eu fini de chercher, j’ai donné des cours de français deux ans dans un établissement. J’ai voulu passer le CAPES, 4 fois j’ai essayé ! A l’écrit je l’avais, mais c’est l’oral qui ne fonctionnait pas. Tu parles quand ils voyaient ma tête, c’était vite vu. L’Education Nationale, ça les intéresse pas des gens de 40 ans ou de 50 ans.

Et c’est après que j’ai passé un diplôme d’infirmière à 45 ans ! Je fais des remplacements des vacations. Pourquoi veux-tu que je monte à Paris ? Tu veux que je déménage pour gagner 1500 euros par mois ? Ca vaut pas le coup. De toutes façons je vivote. Je fais un CDD par-ci par-là, le temps de retrouver mes droits et puis je recommence. Pour aller à Paris, il faudrait qu’on me propose 2000 euros ou 2500 euros.

Voilà, je m’organise comme ça. Là, prochainement, je vais aller à Lyon, dans un hôpital où ils ont besoin de moi. Mais tu sais c’est pas facile de retrouver un job stable à mon âge. Tu parles si j'adorais mon boulot, oui j'adorais ça. ».

Le télésiège est arrivé en haut de la montage, elle est descendue, moi aussi. J’y ai pensé toute la journée, essayer de ne pas oublier ce qu’elle racontait. Une histoire d’emploi, l’emploi choisi, l’emploi subi, ce qu’on fait pour s’en sortir. Le courage, la résignation, le ski, le chômage, une formation, recommencer, changer de métier, prendre un télésiège, ne pas déchausser...