Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est le secteur sinistré du jour. Il perdrait selon une étude PWc 43 000 emplois, l’équivalent de 5 fois la restructuration annoncée chez Renault la semaine dernière. Et pourtant vous ne le plaindrez pas. C’est une question de contexte, de perspective historique et peut-être d’utilité sociale.

Pourtant les victimes de ces suppressions d'emplois ressentiront les mêmes angoisses, la même tristesse, le même désespoir que nos chômeurs à nous.

Mais non vous ne les plaindrez pas.

C’est ainsi. Vous ne les plaindrez pas car ils subissent une double règle. La règle du kilomètre sentimental d’abord ; et la règle du délit de sale gueule. Ces futurs chômeurs ne sont pas français, ces futurs chômeurs sont anglais. Ensuite, ces futurs chômeurs sont l’objet d’une haine quasi mondiale, quasi universelle, ils sont même tenus pour responsables de la crise. Bon, vous chauffez, vous surchauffez.

Ce matin Les Echos l’ont annoncé dans l’indifférence générale : « selon PwC, 43.000 emplois devraient encore être supprimés dans la finance britannique en six mois d'ici à mars 2013 ».

Qui pour s’en attrister ?