Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avortement de confort ?

Avortement de confort. Le type qui a inventé cette formule est un véritable génie de la communication. Quel talent, vraiment.

Avortement de confort, c’est un oxymore qui fait mouche. Je suis certain qu’aujourd’hui ils sont nombreux descendus dans la rue galvanisés par cette trouvaille, qu'ils s'en servent dans les dîners, pour se motiver, pour justifier leur indignation. Ca va bien avec les ventres à louer et les grossesses à la carte, toutes ces libertés qu'ils détestent.

Avortement de confort, il fallait y penser. Il n’y a qu’un homme pour avoir une idée aussi lumineuse, il n’y a qu’un homme pour s’imaginer qu’une femme avorte comme d’autres essaient des chaussures de ski, enfilent une doudoune bien chaude ou se glissent dans un lit tiède.

Avortement de confort. Moi je n’ai jamais cru aux slogans, qu’ils viennent de droite ou de gauche. Je me méfie des slogans qui au nom de la vie veulent changer la vie des autres, des femmes en particulier auxquelles ils prêtent, sans les connaître, cette intention d'avorter par confort.

Avortement de confort. Comment imaginer la sensation de confort ressentie par une femme qui choisit de ne pas choisir la vie qu’elle porte en elle ?

Avortement de confort. Il faut être fou à lier pour imaginer que malgré le droit de disposer de son corps, les émotions ne disposent pas de votre cœur, de votre chagrin, de votre destin. Voilà pourquoi je pense que l’expression "avortement de confort" est une belle saloperie car je crois qu'on n'avorte pas par confort mais par nécessité, par obligation, par misère, par erreur, par détresse, par jeunesse, par malheur.

Par droit, je le précise après coup. Si ce n'était pas clair. Mais bien sûr, par droit.

En matière d'avortement, je vous l'avoue, c'est une femme qui a fait mon éducation. La même femme qui a endormi mes enfants par ses comptines et qui paradoxalement a composé sur ce sujet le plus douloureux et peut être aussi le plus beau des manifestes.

Ecoutez-là et ne me parlez plus d'avortement de confort.

Ne parlez plus des femmes à leur place.