Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Cahuzac, un menteur normal"

Pascal Neveu est psychanalyste, il a publié "Mentir pour mieux vivre ensemble" à l'Archipel. Je lui ai demandé de me raconter comment il avait reçu l'aveu des mensonges de Jérôme Cahuzac. Pour ce spécialiste de la psychologie du mensonge, Cahuzac est un homme normal et nous sommes tous capables de ses mensonges. J'en ai profité pour demander à Pascal Neveu de confesser quelques menterie mais j'ai oublié de lui réclamer sa déclaration de patrimoine.

Qu'avez vous ressenti en lisant les aveux de Cahuzac ?

Dans un premier temps une non-suprise, puis immédiatement "pourquoi a-t'il menti? puisque les machines journalistiques et judiciaires allaient accomplir leur travail!l" , avant d'aboutir à des réflexions sur le sens de ce mensonge.

Un psychanalyste n'a pas à juger, ni prendre position. Il s'interroge sur la genèse de ce mensonge, puis l'aveu... et les conséquences. Goethe écrivait "Nous sommes libres de nos actes... à nous d'en mesurer les conséquences!". Je pense que Jérôme Cahuzac a vécu et va continuer, psychiquement, à connaître l'enfer de cette citation de Méphistophélès à Faust. Quand il évoque la spirale du mensonge..., pour avoir côtoyé plus d'un menteur, je sais que cette dynamique inconsciente existe.

Je pense que Cahuzac a pratiqué un mensonge "ordinaire": il a voulu éviter la punition tant de son clan politique, que de la population. Il voulu se protéger, en proie à des angoisses importantes, inconscientes, qui lui ont fait perdre le contact avec la réalité.

Comment interprétez-vous la sidération du public devant l'aveu du mensonge ?

Selon moi plusieurs aspects qui heurtent l'économie, la morale et notre identification en son acte. La crise économique actuelle fait qu'il nous est inimaginable qu'un ministre du budget (ce terme a valeur symbolique pour tout concitoyen qui doit gérer son budget mensuel, trop souvent avec difficulté) ait pu "expatrier" de telles sommes. D'autant plus, qu'alors ministre, il mentait au président de la république, au président de l'assemblée nationale, aux parlementaires...

Ce parjure est, à mon sens, inacceptable par le public. C'est d'ailleurs la condamnation unanime. Même si une majorité de français ne croyaient pas dans les promesses des candidats à la dernière élection présidentielle, et sont encore sans appel lorsqu'ils associent vie politique et corruption. Cependant, il n'a fait que pratiquer ce que nombre de français tentent dans leurs déclarations fiscales, qui sont, elles, en revanche, de plus en plus contrôlées. C'est donc sans doute son passage à l'acte qui réveille en nous des envies frustrées, sources d'injustice.

Car en effet, comment comparer une "triche" de quelques centaines d'euros lorsque les médias parlent de sommes beaucoup plus importantes le concernant ? On ne cesse depuis plusieurs jours d'activer nos fantasmes et nos envies: la Suisse, les îles Caïman, Singapour... des millions d'euros... tout ce qui suscite nos envies, nos rêves... mais avant tout nos frustrations et castrations. Les médias activent tant la machine de nos rêves que de nos frustrations. Les îles Caïman, c'est plus fun que l'île d'Oléron non ?

Mais ce face à un Monde et une France qui souffrent.

Lui a osé! S'est-il senti plus proche des cieux que de la justice ? Il est, depuis, devenu un paria. Isolé, abandonné par toutes celles et ceux qui savaient... il devient "l'exemple" à abattre. Ce comportement est très surprenant de la part d'un ancien chef d'entreprise devenu politique. Je ne peux pas ne pas imaginer que d'autres noms de personnalités de gauche et de droite détenant des comptes à l'étranger ne soient divulgués ces jours prochains.

Certains estiment que Cahuzac est un dangereux déviant, un monstre, ma conviction c'est qu'il est désespérément normal, qu'en dites vous ?

Des Etats-Unis où je me trouvais en apprenant la nouvelle, et parce que nombre d'américains me demandaient quel séisme secouait la France, je leur répondais:"Souvenez-vous de Nixon lors du scandale du Watergate. On lui a davantage reproché son mensonge que les faits!". Mais toutes et tous restent stupéfaits face à ce qu'ils qualifient d'insouciance française... jusqu'à comparer cette affaire à celle de DSK. Comme quoi les regards divergent d'un endroit ou l'autre du monde.

Jérôme Cahuzac a, certes, avec des moyens logistiques et des montants assez importants, pratiqué le mensonge.

Mais si nous réfléchissons à l'acte du mensonge, outre l'aspect financier, nous mentons tous les jours et sur différents sujets. Notre morale, religieuse ou non, reste notre meilleur régulateur. Toutes les religions condamnent le mensonge, et 55% de français souhaiteraient que le mensonge devienne un péché capital.

Un enfant biberonne à l'école du mensonge dès sa naissance, les adultes souhaitant le protéger d'un monde rude, au sein duquel même les animaux mentent. Certains vont apprendre à le manier différemment... pour protéger ou nuire. Cette dernière classe reste rare et relève de troubles psychopathologiques qui ne me semblent pas concerner Cahuzac. Il ne s'agit nullement de prôner le mensonge, loin s'en faut. Mais ne pas le diaboliser non plus. Juste interroger son sens. Cahuzac a agi comme nous l'aurions fait à sa place. Mais il a trop tardé pour avouer. Je n'aurais pas aimé être à sa place. Un menteur pathologique est quelqu'un qui cloisonne, s'assure de pouvoir disparaître à tout moment, ou qui a tout anticipé.

En ce sens oui, Cahuzac est un menteur classique, normal. Et comme d'autres menteurs, on peut imaginer qu'il va en payer le prix et recevoir une condamnation. Son nom restera entaché plusieurs années. Nous pouvons penser aux membres de sa famille non concernés par cette affaire, qui le vivent très mal.

"Cahuzac, un menteur normal"

Un enfant biberonne à l'école du mensonge dès sa naissance, les adultes souhaitant le protéger d'un monde rude, au sein duquel même les animaux mentent. Certains vont apprendre à le manier différemment... pour protéger ou nuire. Cette dernière classe reste rare et relève de troubles psychopathologiques qui ne me semblent pas concerner Cahuzac. Il ne s'agit nullement de prôner le mensonge, loin s'en faut. Mais ne pas le diaboliser non plus. Juste interroger son sens. Cahuzac a agi comme nous l'aurions fait à sa place. Mais il a trop tardé pour avouer. Je n'aurais pas aimé être à sa place. Un menteur pathologique est quelqu'un qui cloisonne, s'assure de pouvoir disparaître à tout moment, ou qui a tout anticipé.

En ce sens oui, Cahuzac est un menteur classique, normal. Et comme d'autres menteurs, on peut imaginer qu'il va en payer le prix et recevoir une condamnation. Son nom restera entaché plusieurs années. Nous pouvons penser aux membres de sa famille non concernés par cette affaire, qui le vivent très mal.

Peut-on se persuader de ses mensonges ou ne se croit-on jamais quand on se ment et qu'on ment aux autres ?

C'est justement un aspect important. A quel moment perdons-nous le contact avec réalité et mensonge ? La majorité des mensonges sont bénins: altruistes ou protectionnistes. Un menteur qui maintient une réflexion, une introspection, quant au sens de son mensonge reste un menteur "normal".

C'est lorsque nous commençons à nous couper relationnellement de l'autre que nous risquons sombrer dans une vie de mensonges, de déni de la réalité. Le mythomane, lui, croit en ses mensonges. Il a perdu contact avec son identité. Ce n'est pas le cas de Cahuzac qui veut reprendre une essence existentielle avec son statut de parlementaire.

C'est, selon moi, un élément qui montre qu'il est en pleine crise identitaire et narcissique. Je pense qu'il se débat face à la solitude et l'isolement auquel il est confronté. Il va certainement vivre un purgatoire (j'utilise exprès un certain champ lexical...) salutaire ou non. Tant de mouvements psychiques violents.

Aussi violents que la tempête de personnalités qui sont en revanche en prise avec des conflits plus puissants, il est possible que Jerôme Cahuzac flirte avec des violents ressentiments de réels remords, mais moins crédible lorsqu'il demande à récupérer constitutionnellement son poste de parlementaire.

Mentez-vous de temps à autres, et sur quels sujets ? Vous n'êtes pas obligé de me dire la vérité.

J'avoue mentir, comme tout le monde. Si nous ne mentions pas, nous serions en pleine guerre civile, non? Au boulot, entre amis, dans le couple, dans la rue... Combien de mensonges ce jour? Je vous réponds demain David? J'ai menti à une hôtesse de l'air... et j'ai commis un mensonge par omission cet après-midi.

Je reste dans la norme du nombre de mensonges ? (2 à 6 par jour). Mais je fais tout pour ne pas mentir. En revanche, très interpelé par cette affaire, je suis sincère lorsque j'aimerais que Jérôme Cahuzac, puisqu'il se dit pris de remords, face oeuvre continue de sincérité (je ne dis pas vérité, car qui la détient?) et qu'il nous explique ce qu'il a ressenti, vécu...

Nous pouvons comprendre le sens d'un mensonge lorsqu'il nous est expliqué. Cahuzac a oublié ce que nous disons aux enfants "Faute avouée, à demi pardonnée!". Il ne s'agit pas de pardonner ou condamner... Mais, afin de ne pas laisser croire qu'il a avoué la veille d'un article du Canard Enchaîné... qu'il nous explique...

Et ainsi nous continuerons à oeuvrer dans cette quête de la vérité.... vaste chantier.